La qualité d’un vin rouge est-elle directement liée à son intensité colorante? C’est une tendance qui semble s’affirmer ces dernières années, du moins dans les régions productrices du sud de la France, Vallée du Rhône et Languedoc Roussillon en tête. Est-ce une simple mode, une nécessité pour plaire ou une évidence qualitative?

La semaine dernière se déroulait une importante manifestation appelée “Découvertes en Vallée du Rhône” où plus de 800 vignerons de nos régions proposaient leurs vins aux professionnels français et étrangers; force est de constater que les cuvées de vins rouges qui bénéficient de la meilleure presse ont une couleur des plus soutenues, jusqu’à l’opacité.

Pourtant, Il y a quelques jours, j’avais le plaisir de déguster en compagnie de l’un des plus talentueux vinificateurs de France, Jean Marie Guffens, et suite à mon commentaire quant à la belle couleur profonde d’un vin rouge, il rétorqua avec son franc parler habituel: “On s’en f... de la couleur”, faisant allusion à la grande classe des rouges de Bourgogne.

Cela m’a donné l’idée de lancer une nouvelle dégustation, à l’aveugle, dont le thème portera sur l’importance ou non de l’intensité colorante. L’expérience sera faite dans des verres noirs, donc en toute objectivité. Il risque d’y avoir des surprises.

verrenoir

Jacco
06 60 58 04 98