La nouvelle recette de Carine: CURRY DE POTIRON

Ce plat joue sur la douceur sucrée du potiron associée à celle de la noix de coco.
Les épices viennent reveler et arrondir le goût pour faire de ce curry une symphonie
de saveurs. Le potimarron donnera des résultats plus onctueux que le potiron.

Ingrédients: 1 cuil. à soupe d’huile d’olive, 2 gros oignons, grossièrement hachés, 2 gousses d’ail, écrasées, 1 cuil. à café de coriandre en poudre, 1/4 de cuil. à café de curcuma, 1kg de potiron ou de potimarron (pesé avant épluchage et élimination des graines), coupé en dés de 2 cm., fleur de sel, poivre noir du moulin, 2 piments rouges frais, finement hachés, A piment vert frais, finement haché, le jus de 3cm de gingembre frais finement haché et pressé, 1 cuil. à soupe de vergeoise brune, 90g de crème de coco (alimentations orientales), 3-4 tomates, coupées en quartiers, 3 cuil. à soupe de coriandre fraiche finement hachée, 1 cuil. à soupe d’huile de sésame ou d’olive, 3 cuil. à soupe de poudre de noix de coco râpée.

1. Dans une grande cocotte, faites chauffer l’huile d’olive. Ajoutez les oignons et l’ail, faites-les frire jusqu’à ce qu’ils deviennent translucide.
2. Ajoutez la coriandre en poudre, le cumin et le curcuma. Faites revenir, en versant un peu d’eau pour éviter aux épices de brûler. Ajoutez le potiron, salez et poivrez légèrement, faites sauter 10 min. jusqu’à ce qu’il commence à dorer et à s’attendrir légèrement.
3. Ajoutez les piments rouges et vert (réservez-en un peu pour la garniture), puis le jus de gingembre, le sucre e la crème de coco.
4. Quand le potiron est tendre mais non fondu, ajoutez les quartiers de tomate et la coriandre fraîche, et remuez constamment mais doucement jusqu’à ce que les tomates soient suffisamment fondues et cuites.
5. Enfin, incorporez l’huile de sésame ou d’olive et 1 cuillerée à soupe de noix de coco en poudre. Versez le curry dans un plat chauffé et garnissez du reste de noix de coco en poudre et de piments hachés. Servez avec un riz basmati ou des pains naans chauffés.

citrouillew

Carine à raison, ce plat est une symphonie de senteurs et de saveurs sur une base légèrement sucrée du fait de l’adjonction de vergeoise. Donc, sucre, épices, ail, tomate, piment, huile d’olive ….Assurément il faudra un vin puissant mais souple, sans tanin agressif, ni acidité dominante. Je ne vois guère qu’un vin constitué principalement de cépage grenache, un Lirac rouge ou rosé, surtout rosé d’ailleurs - là je reste fidèle au domaine du Joncier - ou un Gigondas rouge du domaine Ughetto.
En fait, sur ce type d’association le résultat peut beaucoup dépendre du goût de chacun et il me vient dès lors une idée qui pour une fois vous donnera le beau rôle: pourquoi ne pas nous écrire quel aura été votre choix, ou si vous n’avez pas choisi, quel aura été votre constat sur telle ou telle association. Racontez-nous votre expérience, donnez-nous vos conseils: vin, thé, bière, saké….limonade….quel est d’après vous le bon mariage? Ecrivez-nous en quelques lignes pourquoi ce choix et surtout le plaisir que vous en aurez tiré; nous ferons paraître les deux ou trois meilleures suggestions dans le prochain numéro de la Cerise.
Bonne expérience, bonne cuisine, bon appétit!